• Accueil
  • > Recherche Santé Medecine Pharmacie

Archive de la catégorie ‘Recherche Santé Medecine Pharmacie’

les plantes anti-cancer

Mardi 19 août 2014

http://www.maplante.com/plantes-anti-cancer/

 

maplante » cancer » Plus de 70 plantes anti-cancer

Plus de 70 plantes anti-cancer

Les plantes médicinales qui luttent contre le cancer

Les informations contenues dans cet article sont pour un but informatif seulement et ne sont pas destiné à diagnostiquer ou à traiter une maladie.
Les symptômes du cancer sont diverses et l’équilibre du pH est critique, sans oublier que le sucre (glucides) représente la source  principale pour nourrir un cancer, mettez ça bien en tête, ça ce peu que votre médecin ne vous le dira pas mais Otto Warburg l’a découvert et a obtenu un pris Nobel pour ça en 1931.
Plusieurs recherches ont été effectuées pour trouver des traitements

plante cancer

Copyright © katsrcool

efficaces contre le cancer, des milliers de recherches sur des plantes pour extraire des agents anti-cancer. Mais les plantes ont traité plusieurs maladies à travers toutes les civilisations depuis des milliers d’années dont le cancer. Cette liste représente des espèces sélectionnées et n’est pas exhaustive. J’ai voulu citer le plus grand nombre possible de plantes, mais je n’ai pas cité tous les effets secondaires donc pas d’automédication, certaines plantes sont toxiques, voire mortels.
Si par malheur vous avez un cancer (que Dieu vous protège) prenez contact avec un professionnel et utilisez les informations requis ici ou ailleurs pour vous aider à faire les bons choix. Médecine conventionnelle ou médecine alternative, ou combiner les deux ensemble, dans tout les cas votre alimentation et votre mode de vie représentent une étape cruciale pour guérir et prévenir un cancer. Soyez prudent, plus vous connaissez votre ennemie plus vous serez prêt pour l’affronter, cet ennemi qui vous suit partout et qui attend seulement que vous soyez affaiblie pour vous attaquer, cet ennemi n’est autre que le cancer.

5 plantes pour lutter contre le cancer

Des scientifiques de l’Université de Floride, Case Western Reserve University, Ohio et de l’Université de médecine de King George (KGMU), Lucknow en Inde ont découvert des propriétés anti-cancer dans cinq plantes dans le nord de l’Inde. Ces plantes sont : solanum nigrum (Morelle noire) communément appelés Makoi, Artemisia vulgaris (armoise commune) également appelés nagdona, Swertia chirayata ou chirata, Cichorium intybus (Chicorée sauvage) ou Kasni et glabra de salsepareille ou ba qia. Ces plantes originaires de l’Inde du nord sont efficaces contre les cancers du sein, du côlon et de la prostate.

L’effet du melon amer sur les cellules cancéreuses

Une recherche a été menée par Ratna Ray, Ph.D. professeur agrégé de pathologie et son équipe à l’Université de Saint Louis. Ray a constaté que l’extrait de melon amer, un légume couramment utilisé dans les régimes alimentaires indiens et chinois, réduit la croissance des cellules du cancer du cerveau et du cou dans le modèle animal. La recherche initiale de Ray a trouvé que le traitement avec cette substance naturelle a stoppé la croissance des cellules du cancer du sein et de la prostate et les a empêchés de se propager.
Une autre étude faite à l’université du Colorado publiée dans la revue Carcinogenesis montre que le jus de melon amer limite la capacité des cellules cancéreuses pancréatiques à métaboliser le glucose (le cancer se nourri de sucre), réduisant ainsi la source d’énergie des cellules (la cause principale du cancer) et permettre ainsi de les détruire par la suite (affamer les cellules cancéreuses).

Graviola un tueur de cellules cancéreuses

Des tests en laboratoire, montrent que l’extrait de graviola (corossol) est capable de tuer certains types de cellules cancéreuses comme celles du foie et du sein qui sont résistantes à certains médicaments de chimiothérapie. Une étude en laboratoire a également découvert qu’un composé isolé à partir de graines de corossol avait 10 000 fois la puissance d’un agent chimiothérapeutique particulier sur les cellules d’adénocarcinome du côlon. Toutefois, pour l’instant, il n’y a pas eu d’essais à grande échelle sur les hommes et il n’y a aucune preuve crédible pour étayer les allégations que le graviola est un remède ou un traitement efficace contre le cancer. En outre, le graviola peut avoir des effets secondaires nocifs tels que des troubles du mouvement et myéloneuropathie. Ainsi, tandis que les composés végétaux dans le graviola peuvent avoir des propriétés qui peuvent tuer des cellules cancéreuses in vitro, affirmant que le corossol est un « miracle » et une alternative viable aux traitements médicaux contre le cancer comme la chimiothérapie qui est très trompeuse et potentiellement très dangereuse.
La partie la plus importante selon un rapport de l’Université catholique en Corée du Sud est que le Graviola a une capacité de cibler sélectivement les cellules cancéreuses, laissant les cellules saines intactes. Nous savons très peu de choses sur la façon dont le graviola affecte le corps. Mais nous savons que cela peut provoquer des modifications nerveuses, provoquant des symptômes similaires à la maladie de Parkinson. Ainsi, il peut avoir des effets secondaires néfastes pour certaines personnes. Consultez toujours votre médecin avant de prendre n’importe quel type de thérapie complémentaire ou alternative.
Et c’est valable pour toutes les autres plantes cités dans cet article qui sont je le répète encore à but informatif et éducatif.

Des plantes anti-cancer

Chirette verte (Andrographis paniculata) : antibactérien, antivirales et tonique du système immunitaire. Des tests ont démontré que la plante a un effet contre le cancer de l’estomac, du sein, de la prostate, la leucémie et le mélanome.
Luzerne (Medicago sativa) : une plante très riche en vitamines et en minéraux, elle tonifie l’organisme et lui permet de lutter contre une maladie, elle a une certaine capacité à inhiber la croissance des cellules cancéreuses.
Anis (Pimpinella anisum) : Grâce à son action oestrogénique cette plante, Peut être utile contre le cancer de la prostate.

La Nymphée odorante (Nymphaea odorata)

fut l’un des premiers traitements en Amérique éclectique avant l’avènement de produits pharmaceutiques contre le cancer. Utilisé traditionnellement contre la diarrhée chronique et les brulures. Une infusion faite à partir des racines est utilisé dans le traitement de la tuberculose, les troubles bronchiques chroniques, la diarrhée, la dysenterie, l’inflammation gastro-intestinale, la gonorrhée, des pertes vaginales, des glandes enflammées, plaies dans la bouche et pour arrêter le saignement. Un cataplasme à base de racines est utilisé dans le traitement de gonflements, des furoncles, des tumeurs, inflammation de la peau, la vaginite, etc. Une guérison complète du cancer de l’utérus par une injection utérine d’une décoction a été enregistrée.
Arjuna (Terminalia Arjuna) : Cet arbre abaisse le taux de cholestérol global tout en augmentant le bon (HDL), Il ya eu des actions anticancéreuses qui sont à l’étude.

Ashwaganda (Withania somnifera)

Une plante tonique et réparatrice, protège les cellules contre les dommages chimiques et rend les cellules cancéreuses plus sensibles aux rayonnements.
Une plante adaptogène, qui a une activité anti-inflammatoire, sédative  et a un effet antioxydant. Cette plante améliore les défenses naturelles de l’organisme. Elle est considérée comme une plante de longévité en Inde. Une étude de l’Université Amravati en Inde a confirmé d’autres études récentes, qu’un composant biochimique de Ashwagandha pourrait inhiber la croissance du cancer en interférant avec la capacité de la cellule cancéreuse pour l’empêcher à prévenir sa destruction par le système immunitaire. La cellule cancéreuse utilise souvent une enzyme, la survivine pour inhiber le système de l’apoptose (destruction d’une cellule cancéreuse). Mais les chercheurs ont constaté que le withanone – l’un des principaux constituants de l’Ashwagandha  a la capacité unique de se fixer et interférer avec la survivine et rend la cellule cancéreuse à nouveau disponible pour le système immunitaire pour la détruire.
l’Ashwagandha  favorise la guérison de l’os et peut traiter la maladie de Parkinson selon d’autres recherches. Les médecins ayurvédiques anciens connaissaient le pouvoir de guérison de l’Ashwagandha, ils l’ont utilisé cliniquement pour favoriser la guérison et pour stimuler le système immunitaire. Ils utilisaient l’herbe pour de nombreux maux, y compris l’anxiété, la dépression, la cicatrisation des plaies, l’immunosuppression et bien d’autres.
Chardon béni (Cnicus benedictus) : activité antibactérienne et antitumorale.
Amrit (Tinospora Cordifolia) : Connu sous le nom commun Guduchi. Tonique du système immunitaire, a une activité antibiotique et permet de tuer les cellules cancéreuses. Réduit les effets secondaires de la chimiothérapie.
Actée à grappes noires (Cimicifuga racemosa) : ses composées oestrogéniques ralentissent la croissance des tumeurs du cancer de la prostate.
Aigremoine (Agrimonia euratoria) : Efficace contre toutes les formes de cancer sauf la leucémie. Elle est utile en cas de désintoxication, goutte et certains types d’arthrite.
Chélidoine (Chelidonium majus) : utilisé lorsque la cause du cancer est virale, ou en cas d’une hypertrophie du foie. Nécessite une supervision d’un professionnel.
Nerprun purgatif (Rhamnus cathartica) : laxatif et diurétique, utilisé en cas de cancer lié à un problème rénal ou à une constipation. Contient des composés anti-tumorales.
Clajeux (Iris versicolor) : l’utilisation doit être contrôlée par un naturopathe pour votre sécurité. Les graines sont la partie active contre le cancer et ont une capacité à inhiber la synthèse des cellules cancéreuses. La plante fraîche est extrêmement toxique.
Boswellia serrata : plante anti-tumorale, généralement utilisé en combinaisons avec d’autres herbes, comme le curcuma et la réglisse.
Cordyceps (Cordyceps sinensis) : Des recherches récentes ont trouvé qu’il pourrait être cytotoxique pour les cellules cancéreuses. Ce champignon a des effets bénéfiques pour le système immunitaire, endocrinien, respiratoire, rénale, cardiovasculaire, hépatique et du système nerveux ainsi que notre réponse immunologique à la maladie.
Chimaphila Umbellata: La Chimaphile à ombelles ou Pyrole en ombelle (Bitter Wintergreen), utilisé pour le cancer du sein et les cancers lymphatiques. A ne pas utiliser pour une longue période
Phytolacca americana : Le Raisin d’Amérique ou Teinturier, utilisé pour les cancers du sein, de la gorge et de l’utérus. A utiliser sous surveillance d’un professionnel à cause de sa toxicité.
Pétasite (Petasites hybridus) : Agit comme un analgésique pour les tumeurs, la plante est toxique  ce qui nécessite le suivi d’un professionnel.
Lapacho (Tabebuia avellanedae) : A une action bénéfique contre les tumeurs solides telles que les carcinomes de Walker. Supprime et réduit ces tumeurs et semble être efficace contre la leucémie.
Suma (Pfaffia paniculata) : Ginseng Brésilien,  tonique, adaptogène, doux analgésique et anti-inflammatoire. On pense que c’est un oxygénateur cellulaire. La suma améliore la santé générale pour lutter contre le cancer.
Violette odorante (Viola odorata) : Les feuilles sont utilisées pour le sein et le cancer du poumon.
Salsepareille (Smilax medica) : contre l’inflammation du foie, utile contre les effets secondaires de la chimiothérapie et la radiothérapie. A ne pas utiliser en cas de maladie rénale.
Le Trèfle des prés (Trifolium pratense): Pocède une activité anti-tumorale, à ne pas utiliser avec des anticoagulants.
Drosera à feuilles rondes (Drosera rotundifolia) : Agit comme un anticancéreux et réparateur de gènes.
Serenoa repens (Serenoa gerrulata) : Ce palmier nain est utile contre le cancer de la prostate.
Polypodium decumanum : Cette fougère semble avoir une action de modulation immunitaire, utile contres les obstructions bronchiques et le cancer.
Valériane (Valeriana officinalis) : Elle a des effets calmants et une action anti-tumorale.
Saule blanc (Salix alba) : Utile pour restaurer la fonction de la moelle osseuse après une chimiothérapie ainsi que d’un effet positif sur la leucémie. Le saule a les propriétés de l’aspirine, mais il ne provoque pas d’ulcère d’estomac.
Estragon (Artemisia dracunculus) : A des propriétés anti-tumorales. Contient des rutines, qui renforcent les parois capillaires.
Pastel des teinturiers (Isatis tinctoria) : propriétés antivirales, anticancéreuses et anti-inflammatoire, c’est une plante qui soutient le foie.
Oseille crépue (Rumex crispus) : Utile pour l’élimination des métaux lourds, bénéfique pour la digestion en stimulant la production de bile. Utilisé en Chine et en Inde pour nettoyer le sang en cas de traitement chimio ou de rayonnement.
Zédoaire (Curcuma zedoaria) : Appartenant à la famille du gingembre et du curcuma ces racines ont des propriétés anticancéreuses et semblent être efficace pour les cancers du col utérin et du foie. Renforce l’immunité ainsi que la protection des leucocytes (globules blancs) endommagés en radiothérapie
Dionée attrape-mouche (Dionaea muscipula) : contient des principes actifs contre le cancer.

Espinheira Santa

Vendu dans les magasins et les pharmacies brésiliennes pour traiter les ulcères et le cancer. Plusieurs formules topiques, pour le cancer de la peau sont vendus au Brésil avec  comme ingrédient actif principal Espinheira Santa. Il est également utilisé pour les ulcères, comme un antiacide, comme laxatif, comme un remède colique, pour éliminer les toxines par les reins et la peau, pour soutenir les reins, les glandes surrénales et les fonctions digestives, ainsi qu’une thérapie adjuvante pour un cancer. La plante est déconseillée pour le cancer du sein, de l’ovaire et de l’utérus.

Mullaca (Physalis angulata)

Les stéroïdes naturels contenus dans le Mullaca stimulent l’immunité, plusieurs études sur le cancer ont démontré que cette plante est capable de tuer de nombreux types de cellules malignes in vitro. Dans une étude, le Mullaca a montré une forte cytotoxicité contre les cellules du cancer du rein, tandis qu’un extrait de la plante a pu réduire la taille des tumeurs cancéreuses chez des souris atteintes de leucémie lymophocytic.
Dans diverses études, les extraits stéroïdiens des plantes (physalins) ont eu une forte activité contre plusieurs types de cellules cancéreuses humaines et animales, y compris: du foie, du col de l’utérus, le mélanome, du cerveau, du nasopharynx et le cancer du côlon. La recherche sur les avantages de Mullaca dans la lutte contre le cancer a commencé dans les années 1980 par des chercheurs aux États-Unis et la Thaïlande, et vérifié en 1992 à l’Université de Taiwan, qui a démontré une action significative contre cinq types de cancer humain et trois types de cancer de l’animal.
En 2001, un nouveau produit chimique dans le Mullaca a été isolé à l’Université de Houston. Ce produit chimique était toxique contre le cancer du nasopharynx, le cancer du poumon et la leucémie chez la souris. Des recherches supplémentaires en Russie et en Chine ont démontré une action forte contre la blastogenèse, un processus dans le corps déclenché par la leucémie, tout en améliorant la fonction immunitaire. On croit que les produits chimiques stéroïdiens dans l’herbe et le niveaux des enzymes peuvent arrêter le cycle cellulaire dans les cellules cancéreuses tout en provoquant des dommages dans l’ADN de ces cellules afin de les empêcher de se répliquer.
Le Mullaca est utilisé en Amérique du Sud et du Nord par les herboristes comme une thérapie complémentaire pour la leucémie et le cancer et en tant que traitement de l’infection pulmonaire à côté de la médecine moderne.

Mutamba

Tue les bactéries, élimine les champignons, tue les virus, tue les cellules cancéreuses, nettoie le sang, supprime la toux, combat les radicaux libres, abaisse la pression artérielle, arrête le saignement. Dans une étude faite en 1990 une recherche brésilienne a démontré qu’un extrait de feuilles séchées était cytotoxique contre les cellules cancéreuses in vitro, ce qui donne une inhibition de 97,3% de la croissance cellulaire. Certaines des dernières recherches sur le Mutamba s’intéressaient aux antioxydants présents dans l’écorce et les feuilles (proanthocyanidines) et leur capacité à interférer avec la prostaglandine synthétase, un processus par lequel les bactéries et les agents pathogènes se répliquent.
Autres plantes Amazoniennes contre le cancer
vassourinha, guacatonga, simarouba, la griffe du chat, anamu, le pau d’arco, fedegoso, sangre de grado,  amargo, copahu.

Plantes utilisées pour traiter le cancer en Afrique

Anacardiaceae : Spondias mombin (Hog Plum, Plum Ashanti) – extrait aqueux d’écorce pour le cancer de l’utérus
Annonaceae : Xylopia aethipica (arbre d’épice, poivre éthiopien, Hwenetia) – cancer du nez,  il a été démontré que les alcaloïdes ont une activité anti-paludisme.
Apocynaceae : Rauvolfia vomitoria (Kakapenpen) – cancer général, Voacanga africana (Ofuruma) – cancer en général.
Celastraceae : Maytensus buchananii, senegalensis – contiennent des alcaloïdes dont la maytansine qui sont utiles dans le traitement du cancer du pancréas.
Cucurbitacées : Charantia (Concombre africaine) (melon amère) – en combinaison avec une partie non précisée de Hilleria latifolia pour le cancer du sein.
Fabaceae : Abrus precatorius (Pois rouge) – cataplasme de grains moulus et d’eau pour une application externe pour traiter l’épithélioma.
Lamiaceae : Ocimum basilicum (basilic) – utilisés pour traiter le cancer (non précisé).
Moraceae : Ficus asperifolia (Arbre de papier verre) – cancer du sein
Nyctaginaceae : Boerhavia diffusa  – cancer du sein
Passifloraceae : Adenia rumicifolia .var miegei, lobata (Peteha) – utilisé en combinaison avec du poivre, maniguettes et feuilles de Musa paradisiaca (plantain) pour le cancer du nez
Plumbaginaceae : Plumbago zeylanica (Ceylan Leadwort, Opapohwea) – combiné avec Ricinus communis (ricin commun) (plante d’huile de ricin) dans une infusion d’huile pour le cancer de l’estomac.
Rutacées : xanthoxyloides Zanthoxylum, Z. gilletii – parties non spécifiées pour traiter quel cancer

Plantes utilisées pour traiter le cancer aux Caraïbes

Amaryllidaceae : Hymenocallis tubiflora (Loyon Dill) – contient le lycorin alcaloïde, connu pour son action antinéoplasique, antipaludiques et ses activités antibactériennes.
Asteraceae : Bidens pilosa (herbe à aiguilles) – utilisées en combinaison avec d’autres espèces pour le cancer.
Bignoniaceae : Jacaranda coerulea (Cancer Bush) – dessécher les feuilles et préparer une infusion aqueuse pour le cancer de la peau.

Autres plantes utiles contre le cancer

Romarin: Contient deux composés étonnants, l’acide carnosique et le carnosol.
Ces substances ne sont pas seulement des remèdes naturelles puissants contre le cancer, mais ils protègent également contre les effets de l’exposition aux rayonnements. Le romarin est très bénéfique pour la santé du cerveau.
Achillée millefeuille (Achillea millefolium) : Les racines ont été utilisés pour construire la masse musculaire et pour traiter le cancer par les Amérindiens. Elle est utile pour la cicatrisation et la radiothérapie.
Bardane (Arctium lappa) : Désintoxicante et anti-tumorale.
Gotu Kola (Centella Asiatica) : Plante de la mémoire et de la longévité.
Gingembre (Zingiber officinale) : Des études chez l’animal ont démontré que le Gingembre est capable de réduire les tumeurs du foie.
Echinacea (angustifolia Purpurea) : Stimule l’immunité, a une action antibactérienne et antitumorale.
Le chardon-marie (Silybum marianum) : Réputé pour son utilisation contre la cirrhose et l’hépatite, des études récentes ont démontré qu’elle a une action positive sur les enzymes du cancer du sein.
Hydraste du canada(Hydrastis canadensis) : Stimulant immunitaire tout en ayant une action antibiotique, la berbérine contenue dans la plante pourrait avoir un effet de rétrécissement sur les tumeurs.
Le curcuma : Certains experts de la santé soulignent les bienfaits anti-inflammatoires du curcuma et ils ont tiré des conclusions fondées sur le lien entre l’inflammation et le développement du cancer.

Et la nature cache encore ses secrets……mais l’homme peut-il les cacher pour toujours ? Je parle bien de l’industrie pharmaceutique qui détient des informations qui peuvent sauver des millions de gens, mais elle ne les divulgues pas et essaie de faire des recherches afin de synthétiser des principes actifs qui peuvent être brevetés, contrairement à une modeste plante accessible par tout le monde. Les recherches sur l’effet du graviola contre le cancer ont commencé depuis 1970 ???????

Références : Consultés en mois d’Avril 2014
  • http://surfingmedicine.org/our-research/important-medicinal-plants-compilation/
  • http://curezone.org/forums/am.asp?i=1236227
  • http://www.hoax-slayer.com/soursop-cancer-cure.shtml
  • http://www.hindustantimes.com/india-news/lucknow/
  • five-north-indian-plants-potential-to-fight-cancer-discovered/article1-1076231.aspx
  • http://www.raintreeinfo.com/mullaca-physalis-angulata/
  • http://peoplebeatingcancer.org/article/bitter-melon-extract-effects-breast-pancreatic-prostate-head-and-neck-cancer-growth
  • http://ip.aaas.org/tekindex.nsf/2a9c4e44835b04ea85256a7200577a64/
  • 44fd95ee25fa9f3485256af0006b4b07/Body/M1?OpenElement
  • http://www.sciencedaily.com/releases/2013/11/131118080802.htm
  • http://in2herbs.wordpress.com/2013/06/08/n-tense-the-amazing-botanical-blend/
  • http://www.naturalmedicinalherbs.net/herbs/medicinal/
  • http://www.realnatural.org/ashwagandha-inhibits-cancer-promotes-bone-healing-may-treat-parkinsons/
  • http://www.healingcancernaturally.com/nutrition3.html
  • http://www.canceractive.com/cancer-active-page-link.aspx?n=3054
    Herbal Medicine, Healing & Cancer – publié par Keats Publishing – 1999.

 

- See more at: http://www.maplante.com/plantes-anti-cancer/#sthash.5glPpozM.dpuf

————————————————————————————————————————

 

maplante » cancer » 4 super-aliments pour lutter contre le cancer de la prostate

4 super-aliments pour lutter contre le cancer de la prostate

Cancer de la prostate et l’effet de la grenade, thé vert, curcuma et brocoli

Plusieurs tests de laboratoire et petites études non randomisées ont déjà

cancer de la prostate

Copyright © Forest § Kim Starr

indiqué que ces aliments (grenade, thé vert, curcuma et brocoli) qui sont riches en polyphénols, ont un effet anti – cancer, l’étude britannique est la première à démontrer un tel impact sur les personnes souffrant de cancer de la prostate.

Étude faite sur des hommes atteints du cancer de la prostate

Pendant 6 mois les chercheurs ont effectué des essais sur 203 hommes atteints du cancer de la prostate, ils ont été divisés en deux (02) groupes. En donnant au premier groupe une capsule contenant les ingrédients testés (grenade, thé vert, curcuma et brocoli)

cancer de la prostate

Copyright © Forest § Kim Starr

et au deuxième groupe une gélule placebo. Les hommes atteints du cancer de la prostate, les médecins et les statisticiens ne savaient pas qui a pris le « Pomi –T » et qui a pris le placebo. Le Pomi-T est une gélule riche en polyphenols conçu par le professeur Robert Thomas, un chercheur sur le projet à la fois de l’hôpital de Bedford et de l’hôpital d’Addenbrooke. Les chercheurs ont utilisé le PSA (antigène prostatique spécifique) comme indicateur, qui est une protéine produite par les cellules de la prostate qui peut être mesurée par un test sanguin. Les hommes souffrants du cancer de la prostate ont un taux de PSA élevés.

cancer de la protate

Copyright © See-min Lee

Résultats pour mieux prévenir le cancer de la prostate

cancer de la prostate

Copyright © Forest § Kim Starr

Les chercheurs ont constaté que les hommes atteints du cancer de la prostate et qui ont pris la capsule du supplément alimentaire contenant (grenade, thé vert, curcuma et brocoli) avaient  un nivaux de PSA 63 % moins que ceux qui ont pris le placebo.

L’étude a également montré qu’il n’y avait pratiquement pas d’effets indésirables.

L’effet anti- cancer de polyphénols est dû à leurs propriétés anti -oxydantes qui protègent l’ADN contre les dommages oxydatifs de substances cancérigènes. Les substances agissent aussi en tuant les cellules cancéreuses et en inhibant leur prolifération.

« Une saine alimentation et le mode de vie est le principal moyen pour lutter contre

cancer de la prostate

Copyright © Forest § Kim Starr

le développement du cancer, mais les hommes peuvent désormais se tourner vers un complément alimentaire, c’est ce qui a été démontré par ce travail » a déclaré le professeur Thomas.

- See more at: http://www.maplante.com/4-super-aliments-pour-combattre-le-cancer-de-la-prostate/#sthash.o1syDaP2.dpuf

———————————————————————————————————————————————————

maplante » cancer » Pourquoi ces aliments luttent contre le cancer du sein?

Pourquoi ces aliments luttent contre le cancer du sein?

Des remèdes maison pour lutter contre le cancer du sein

Le cancer du sein peut être détecté par plusieurs symptômes précoces, dont certaines comprennent une décharge régulière du mamelon et les mamelons deviennent inversés. Le recours à des remèdes naturels pour le cancer du sein sont disponibles, pas nécessairement pour le guérir, mais aussi pour stimuler le système immunitaire, tuer les tissus cancéreux dans une certaine mesure. Pourtant, les habitudes de vie et alimentaires appropriés sont recommandés pour la longévité et l’amélioration du taux de survie des patients atteints de cancer du sein.

Si vous avez lu l’article sur la cause principale du cancer vous serez en mesure de devinez l’importance capitale d’une alimentation seine pour maintenir un niveau de PH alcalin (non acide) ainsi que d’éviter toutes sortes de glucides.

cancer du sein

Copyright © matthias-uhlig

S’il vous plaît noter que les remèdes maison pour le cancer du sein ne sont pas disponibles pour traiter la maladie complètement, mais pour diminuer ses aspects négatifs dans une certaine mesure. Le cancer du sein, comme son nom l’indique, est la tumeur maligne des tissus dans le sein. La prolifération incontrôlée de cellules peut finalement conduire à la mort d’une personne si elle est métastasée ou si elle n’est pas enlevée par chirurgie. Le sein est composé de plusieurs lobes et  conduits. Les lobes produisent le lait, qui est porté par les conduits vers les mamelons.

Les facteurs de risque suivants sont impliqués dans le développement du cancer du sein:

Vieillesse, naissance du premier enfant à un âge avancé, antécédents familiaux, traitement préalable du sein avec une radiothérapie, la consommation de boissons alcoolisées, la prise des hormones de progestérone et d’œstrogène.

Bien que n’étant pas encore curable, le cancer du sein peut être évité par certaines mesures de précaution et un mode de vie équilibré. Par un régime alimentaire sain nutritif on peut conjurer les  pathogènes et activer le système immunitaire pour lutter contre les cellules cancéreuses.

Remèdes naturels pour  vous aider à lutter contre le cancer du sein

Ail

Il est bien connu que l’ail a certaines propriétés antibiotiques qui peuvent être utilisés pour se débarrasser de divers agents infectieux comme les bactéries, les levures et les champignons. La présence de composés soufrés alkyle, en fait un très bon agent anti-cancer. Cela en amenant les cellules malignes à subir une mort cellulaire naturelle, également connue sous le nom d’apoptose. Il joue également un rôle important dans l’activation des cellules du système immunitaire contre les cellules cancéreuses. Il est toujours préférable de manger de l’ail cru plutôt que de le consommer sous une forme cuite.

Brocoli

Le brocoli contient un gène appelé  linamarase, lorsqu’il pénètre dans les cellules cancéreuses, il se décompose en cyanure et peut ainsi tuer les cellules tumorales.

Raisin

Le raisin contient un composé appelé proanthocyanidine qui réduit la production d’œstrogène dans l’organisme. Il en résulte un traitement efficace du cancer du sein, comme le montrent les essais cliniques effectués sur plusieurs patients atteints de cancer du sein. L’étude a démontré que l’extrait de raisin affecte les tumeurs cancéreuses du sein.
L’extrait des pépins de raisin aide à inhiber l’aromatase, Ce qui aide à prévenir la formation du cancer. L’extrait de pépins de raisin aide à prévenir la croissance et la propagation des cellules cancéreuses.

L’herbe de blé

Une herbe bénéfique pour la santé, connue pour ses avantages contre le cancer. lorsqu’elle est prise sous forme de jus ou crus elle a un effet contre la croissance des cellules cancéreuses comme il a été  démontré par le Centre du cancer « Memorial Sloan-Kettering » . l’herbe aide à renforcer le système immunitaire et à élimine les toxines de l’organisme.

Thé vert

Préparer le thé vert à base de plantes en faisant bouillir une certaine quantité de feuilles de thé dans un verre d’eau jusqu’à ce qu’elle se réduit à la moitié. Ceci a des propriétés anti-inflammatoires et est très efficace contre la formation du cancer du sein ainsi que d’autres cancers.

Les lignanes

Les lignanes sont présents dans les graines de tournesol, noix de cajou, les fraises, les graines de lin et les arachides. Ces composés empêchent les tumeurs œstrogène-dépendantes en ralentissant leur taux de croissance et leur progression. Un de ces aliments peut être inclus dans votre alimentation quotidienne.

Vitamine D

L’apport en vitamine D a été associé à un risque plus faible de cancer du sein. Vous pouvez la trouvé dans les œufs et l’huile de foie de morue, sans oublier l’exposition au soleil.

Huile d’olive

L’huile d’olive est connue pour ses bienfaits pour la santé, il réduit également le risque de cancer.  Selon des études récentes l’hydroxytyrosol, une composante majeure de l’huile d’olive peut aider à prévenir le cancer du sein chez les femmes ménopausées.

Calcium

Il est important de consommer du calcium, en particulier dans la période de pré-ménopause pour les femmes. Il est nécessaire pour réduire le risque du cancer du sein selon plusieurs études différentes. Les aliments riches en calcium sont le jus d’orange, les amandes et les légumes verts.

Autres aliments utiles contre le cancer du sein

Haricots

Les chercheurs ont constaté que les femmes qui mangent des légumineuses au moins deux fois par semaine ont des taux inférieurs de développer un cancer du sein

Myrtilles

Les bleuets frais sont une excellente source d’antioxydants, y compris l’acide chlorogénique qui lutte contre le cancer, ainsi que les pigments anthocyanes qui leur donnent leur couleur. L’action  antioxydant d’un aliment est mesuré en unités ORAC-qui ​​signifie «capacité d’absorption des radicaux oxygénés  » et les bleuets ont un taux plus élevé que n’importe quel fruit ou légume.

Champignons

Portobello, cremini, boutons et champignons shiitake tous ont des propriétés anti-cancer. Les Champignons contiennent réellement plus d’antioxydants que les citrouilles, les carottes et les tomates, explique Karen Graham, une nutritionniste intégrative en Arizona. C’est parce qu’ils sont riches en ergothionéine et en sélénium, deux antioxydants qui stimulent le système immunitaire. Les champignons contiennent également des bêta-glucanes, trouvés surtout dans le shiitake et le maitake, qui renforcent le système immunitaire et peuvent prévenir le cancer. En fait, une étude publiée dans l’International Journal of Cancer a constaté que les femmes qui mangeaient 10 grammes de champignons par jour étaient 64 pour cent moins susceptibles de développer un cancer du sein que celles qui n’en mangeaient pas.

Épinards

Riche en bêta-carotène et la lutéine, deux puissants antioxydants. Des chercheurs de l’Institut national des sciences de la santé environnementale ont constaté que les femmes qui ont mangé des épinards plus de deux fois par semaine avaient un taux plus faible de cancer du sein que celles qui ont rarement mangé le légume.

 Tomates

Les tomates contiennent  le lycopène qui est un antioxydant puissant qui peut aider à prévenir le développement du cancer du sein, aider à arrêter la croissance des cellules cancéreuses, le lycopène peut également arrêter d’autres cellules cancéreuses de se développer dans d’autres organes comme les poumons ou l’endomètre.

La grenade

La recherche a démontrée que la grenade peut aider à détruire les cellules cancéreuses sans affecter les cellules saines. La grenade contient des polyphénol qui est une forme d’acide ellagique et est connu pour ses propriétés antioxydantes. Elle permet d’éviter la formation de cellules cancéreuses dans la région du sein.

Saumon

Des chercheurs de l’Université de Californie du Sud et de l’Université nationale de Singapour ont trouvé que les femmes ménopausées qui ont mangé une moyenne de 45 g à 85 g de poissons ou de crustacés  chaque jour, étaient 26 pour cent moins susceptibles de développer un cancer du sein au cours des cinq années de l’étude que ceux qui mangeaient moins de fruits de mer.

Persil

Des scientifiques de l’université de Missouri ont trouvé que cette plante peut effectivement inhiber la croissance des cellules cancéreuses. Les animaux qui ont reçu l’apigénine, un composé abondant dans le persil (et le céleri), ont augmenté leur résistance au développement des tumeurs cancéreuses. Les experts recommandent d’ajouter quelques pincées de persil frais haché à vos plats tous les jours.

Prunes et pêches

Des chercheurs de la Texas A & M ont récemment découvert que les prunes et les pêches ont des niveaux élevés d’antioxydants pour rivaliser avec les « super » bleuets parce qu’ils  contiennent deux types de polyphénols (antioxydants) qui peuvent aider à tuer les cellules cancéreuses du sein, tout en laissant les cellules saines intactes.

Chou frisé, les patates douces et la courge

Manger des aliments riches en caroténoïdes a été liée à un risque réduit de récidive du cancer du sein. Les caroténoïdes sont des pigments naturels présents dans les aliments jaunes et oranges (comme les carottes, les patates douces et la courge) et les légumes à feuilles vert foncé comme le chou frisé, les épinards et les blettes. Dans une étude publiée en 2009 dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention, l’augmentation de la consommation de caroténoïdes a été associée à «une plus grande probabilité de survie sans cancer du sein. Pour augmenter la consommation de caroténoïdes, le Dr Mitchell Gaynor conseille à ses patients atteints de cancer du sein de manger plus de légumes crucifères. Gaynor, fondateur de Gaynor oncologie intégrative, affirme que son raisonnement est simple: «L’objectif est de garder les cellules cancéreuses en sommeil, et ce que vous mangez peut faire la différence « . Exemples de légumes crucifères: le brocoli, le chou frisé, le chou et le chou-fleur.

Le curcuma vous aide à lutter contre le cancer

Certains experts de la santé soulignent les bienfaits anti-inflammatoires du curcuma et ils ont tiré des conclusions fondées sur le lien entre l’inflammation et le développement du cancer.Selon le célèbre praticien de santé holistique, le Dr Andrew Weil , le curcuma…..Lire l’article sur les bienfaits du curcuma.

Avertissement: tout ce que vous avez lus ici, ne représente pas un traitement pour le cancer du sein.

Articles qui pourraient vous intéresser

Les produits laitiers et le risque lié au cancer du sein
4 super aliments pour lutter contre le cancer de la prostate
Pourquoi faut-il manger plus de 5 portions de fruits et légumes
Les graines de citrouille, une puissance thérapeutique

Références
  • http://www.organicfacts.net/health-benefits/home-remedies/home-remedies-for-breast-cancer.html
  • http://healthyliving.msn.com/diseases/breast-cancer/top-10-breast-cancer-fighting-foods#1
  • http://www.eatingwell.com/nutrition_health/immunity/9_foods_for_breast_cancer_prevention
  • http://edition.cnn.com/2013/10/18/health/food-breast-cancer-survivors/
  • http://www.myhealthtips.in/2013/10/15-super-foods-that-prevent-breast-cancer.html

 

- See more at: http://www.maplante.com/aliments-lutter-contre-cancer-du-sein/#sthash.C7US4sr0.dpuf

—————————————————————————————————————————————

 http://www.chaos-controle.com/archives/2013/10/14/28176300.html

 

lundi 14 octobre 2013

La plante qui combat le cancer et dont personne ne parle

L’arbre Graviola vient des profondeurs de la forêt amazonienne.Des recherches en laboratoire ont montré que des extraits de cette plante miraculeuse peut lutter contre le cancer avec un traitement entièrement naturel qui ne provoque ni nausées, ni perte de poids et ni perte de cheveux, de protéger le système immunitaire et d’éviter les infections mortelles, les personnes se sentent plus forts et plus sains tout au long du traitement, plus d’énergie et améliore la vision de la vie.
 
Sur internet il suffit de taper «antibiotiques naturels» et immédiatement une avalanche de résultats indiquant :  » La Graviola fonctionne à merveille, est une plante qui pourrait nous sauver du cancer »

graviola

Graviola est un petit arbre typique des régions tropicales chaudes caractérisées par de grandes feuilles vertes et des fruits comestibles jaune-vert, vendus sur les marchés d’Amérique du Sud sous le nom de Guanabana et utilisé dans la préparation de certaines boissons.
Les résultats ont permis d’identifier les ingrédients actifs spécifiques appelées Annonaceae acétogénines, les protagonistes des propriétés biologiques de cette plante.
Les résultats encourageants observés dans un court laps de temps a conduit à une expérimentation en plein essor qui compte aujourd’hui plus de 600 études avec d’excellents résultats et qui, malheureusement, n’a pas été accompagnée par une utilisation tout aussi valable dans un cadre cliniquement possible.
Le fruit ressemble à une fragolone vert et sa saveur est agréable. C’est un fruit naturel et sans effets secondaires. Cette plante a de nombreux avantages anti-cancer. C’est également un agent antimicrobien, contre les infections, les infections bactériennes et fongiques, abaisse la pression artérielle, il est utilisé pour les troubles de la dépression, le stress et nervosité
Depuis 1976, Graviola s’est avéré être un tueur de cancer extrêmement puissant dans 20 tests de laboratoires indépendants.Une étude publiée dans le Journal of Natural Products, suite à une enquête similaire menée par l’Université catholique de Corée du Sud a déclaré que Graviola peut tuer sélectivement les cellules cancéreuses du côlon avec une capacité supérieure à 10.000 médicamenst de chimiothérapie couramment utilisé comme l’Adriamycine.
Le rapport de l’Université catholique de Corée du Sud a déclaré que Graviola pouvait cibler sélectivement les cellules cancéreuses, laissant intactes les cellules saines, contrairement à la chimiothérapie, qui visent indistinctement toutes les cellules qui se reproduisent activement et provoque des effets secondaires souvent dévastateurs, des nausées et perte de cheveux chez les patients cancéreux.

graviola1

Une étude menée à l’Université de Purdue à Lafayette (États-Unis) a récemment découvert que les feuilles de l’arbre Graviola tuer les cellules cancéreuses chez six lignées cellulaires humaines et sont particulièrement efficaces contre les cancers de la prostate, du pancréas et du poumon. Le corossol (son nom en anglais), connu en Italie comme le fruit de Graviola est donc un remède miracle (et naturel) pour éradiquer les cellules cancéreuses, 10.000 fois plus puissant que la chimiothérapie.
Les tests de laboratoire effectués depuis 1970 ont montré son efficacité, et tuer les cellules malignes dans 12 types de cancer, y compris le côlon, du sein, de la prostate, du poumon et du pancréas, et est jusqu’à 10.000 fois plus forte en ralentissant la croissance des cellules cancéreuses par rapport à «l’Adriamycine, un médicament de chimiothérapie couramment utilisé dans le traitement du cancer. Contrairement à la chimiothérapie, le composé extrait de «l’arbre Graviola seulement tue les cellules cancéreuses sans nuire aux cellules saines.
Une importante société pharmaceutique américaine a alors investi près de sept ans à essayer de synthétiser deux des ingrédients anti-cancer Graviola. Mais il n’a pas été possible de synthétiser en aucune façon les ingrédients actifs de Graviola contre le cancer. L’original tout simplement n’a pas pu être reproduit. Il n’y avait aucune façon dont la société pharmaceutique en question avait été en mesure de protéger leurs propres intérêts, et récupérer l’argent investi dans la recherche. Cette société pharmaceutique a abandonnée le projet et a alors décidée de ne pas publier les résultats de ses recherches
Le National Cancer Institute a effectué la première recherche scientifique en 1976. Les résultats ont montré que les feuilles et les tiges de Graviola se sont révélés efficaces pour attaquer et détruire les cellules malignes. Inexplicablement, les résultats ont été publiés dans un rapport interne, mais jamais rendus publics.
Publié par : chaos-contrôlé

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

DMLA ,Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA)

Mardi 12 août 2014

Du 23 au 27 juin 2014 ont lieu les huitièmes Journées Nationales d’information et de dépistage de la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA), organisées à l’initiative de l’Association DMLA. Cette dégénérescence est la première cause de malvoyance chez les plus de 50 ans : selon l’association, un million de personnes seraient concernées en France. Comment en reconnaître les signes ? Quels sont les progrès pour soigner cette maladie ?

Sommaire

 

Qu’est-ce que la DMLA ?

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

Marina Carrère d’Encausse et Benoît Thevenet expliquent la DMLA.

 

 

La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA) est une affection dégénérative qui prive de la vision centrale. Un million de Français en souffrent et ce chiffre pourrait grimper à deux millions d’ici 2025. Si la recherche et les traitements progressent, le dépistage n’est toujours pas généralisé et arrive tardivement.

Que se passe-t-il en cas de DMLA ? La rétine est sensible à la lumière parce qu’elle est tapissée de cellules particulières : les photorécepteurs. Il existe deux types de photorécepteurs : les bâtonnets, qui nous permettent de voir lorsqu’il y a peu de lumière, et les cônes, qui assurent la netteté et la vision des couleurs.

Les photorécepteurs transforment la lumière en un message électrique qui est transmis au cerveau par le nerf optique. Le cerveau est capable d’interpréter ce signal et de reconstituer l’image. La macula est située dans l’axe visuel et elle est particulièrement riche en cônes. Elle transmet au cerveau les principaux détails dont il a besoin et permet la vision précise (celle qu’on utilise quand on lit ou quand on reconnaît un visage par exemple).

En cas de DMLA, les photorécepteurs de la macula dégénèrent progressivement.

Les symptômes de la DMLA

Au début, la maladie est complètement silencieuse. La plupart des personnes ne sont diagnostiquées que lorsque leur vision baisse, ou quand une tache noire apparaît au centre de leur champ de vision. La DMLA peut aussi provoquer une vision déformée des objets.

Même si la DMLA est très invalidante, seule la macula est atteinte dans la maladie. Le reste de la rétine est intact. La vision latérale est épargnée, et la DMLA ne rend jamais complètement aveugle.

Il existe deux formes de DMLA :

  • La forme sèche : en vieillissant la macula s’atrophie, ressemblant à une sorte de cicatrice et la vision précise s’altère.
  • La forme humide : de petits vaisseaux sanguins anormaux se forment sur la macula, provoquant des complications sévères. Ils saignent facilement et provoquent des hémorragies du fond d’œil, avec destroubles de la vision qui vont jusqu’à la cécité.

 

Les signes de la DMLA

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

Quand des déformations ou des taches apparaissent dans le champ visuel, il faut consulter au plus vite un ophtalmologiste, car en cas de DMLA, il faut traiter le plus vite possible.

 

 

Pour diagnostiquer et suivre l’évolution de la DMLA, il existe aujourd’hui des examens qui permettent de visualiser le développement des vaisseaux au niveau de la rétine. Il faut pour cela régulièrement faire des bilans complets.

 

DMLA : un traitement par injection

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

Comment se déroule une injection dans l’œil ?

 

 

Près de 20 % des patients atteints de DMLA sont concernés par la forme « humide » (ou exsudative) qui se traite au moyen d’injections dans l’oeil. Si ces traitements sont très efficaces dans la phase de développement de la DMLA, ils sont sans effet sur des formes cicatrisées ou trop évoluées. C’est pourquoi, il est important que le diagnostic ait été fait à un stade précoce.

Roger a régulièrement des injections dans l’œil gauche, une injection qui peut effectivement être un peu impressionnante, mais qui est très rapide. Les piqûres se font dans le globe oculaire et le produit est directement injecté dans le sérum vitreux. Il revoit tous les mois son ophtalmologiste pour décider si une nouvelle injection est nécessaire.

 

DMLA : un traitement par photothérapie

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

Comment sont réalisées les injections pour les séances de photothérapie ?

 

 

Seule la forme humide de la DMLA bénéficie d’un traitement très intéressant : la photothérapie dynamique.

Elle consiste à injecter un produit qui crée des caillots dans les néovaisseaux. Ceux-ci sont alors bouchés, ce qui permet de stopper le processus de dégénérescence.

Pour les autres formes de DMLA, des aides visuelles de plus en plus performantes améliorent la vision et permettent de faciliter la vie quotidienne des personnes qui en sont atteintes.

 

DMLA : vers des rétines artificielles ?

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

Un prototype de rétine artificielle, testé sur des souris, existe déjà.

 

 

Une équipe des chercheurs français tentent de développer une rétine artificielle, susceptible à terme deredonner une autonomie visuelle aux personnes atteintes de DMLA.

Le principe de ces rétines artificielles est d’implanter dans l’œil, au contact des neurones de la rétine restants, une puce électronique qui reçoit des informations d’une caméra extérieure et qui reproduit l’information visuelle.

 

En savoir plus sur la DMLA

 

 

Sur Allodocteurs.fr

Articles et reportages :

Questions/réponses :

Ailleurs sur le web

————————————————————————————————————————————————–

 

http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-mieux-depister-la-dmla-959.asp?1=1

 

 

—————————————————————————————————————————————————-

Si le Lucentis®, médicament particulièrement coûteux, était jusqu’à présent le seul autorisé pour soigner la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), l’Assemblée a décidé d’en autoriser un autre bien moins cher, l’Avastin®, aux termes du vote d’un amendement au budget rectificatif de la Sécurité sociale.

13839-dmla3
L’Avastin® enfin autorisé pour soigner la DMLA

 

Les négociations menées par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, avec le laboratoire Novartis, depuis 2012, afin de baisser le prix du Lucentis® (9% de baisse en 2014), n’ont pas suffi pour rendre ce traitement abordable : environ 800 euros par injection mensuelle, autrement dit une somme bien plus élevée que les 30 à 50 euros que coûte chaque injection d’Avastin®, un anticancéreux du laboratoire Roche.

Peu étonnant donc que de nombreux praticiens hospitaliers aient décidé de se tourner vers l’Avastin®, avant que son utilisation pour traiter la DMLA ne soit interdite dès juillet 2012 par la Direction générale de la santé « pour préserver les impératifs de sécurité sanitaire ». Décision provoquant l’indignation de nombreux spécialistes.

La ministre de la Santé a donc décidé le 2 juillet 2014 de faire voter un amendement autorisant le traitement le moins coûteux, ce qui selon Gérard Bapt, le rapporteur du texte, devrait permettre « une économie pour la Sécurité sociale de 200 millions d’euros par an au minimum ». Une aubaine pour le projet du gouvernement de réduire les dépenses de santé de 2,9 milliards d’euros pour 2015.

Des éléments restent néanmoins en attente, concernant notamment les suspicions de pratiques anti-concurrentielles et d’accords illicites des laboratoires Novartis et Roche, déjà condamnés par l’Autorité de concurrence italienne.

VOIR AUSSI :

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

DIABETE ET LIENS QUALITE DE L EAU / cartographie de la france

Mardi 5 août 2014

DIABETE ET LIENS QUALITE  DE L EAU / cartographie de la france  dans A propos - PUBLICATIONS

CARTOGRAPHIE DE LA MORTALITE PAR CANCERS EN FRANCE

 

 

 dans Analyses et Microbiologie

TAUX  EPIDEMIOLOGIQUE DU DIABETE EN FRANCE

 

 

carte6 dans Dossiers

TAUX DE NITRATES /PESTICIDES

 

l02-215-223 dans Le mot du Docteur ASSAS M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MAUVAISE QUALITE DE L EAU

 

http://www.senat.fr/rap/l02-215-2/l02-215-2_mono.html

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

 

CANCERS ET LIENS pesticides /radiations atomiques

Mardi 5 août 2014

cartographie France cancers hommes et femmes et liens pesticides

 CANCERS ET LIENS  pesticides /radiations atomiques   - FAIT PAR DOCTEUR  ASSAS MOSTEPHA  04/08/2014.

 CANCERS ET LIENS  pesticides /radiations atomiques dans A propos - PUBLICATIONS cancer2

CANCERS ET LIENS  pesticides   - FAIT PAR DOCTEUR  ASSAS MOSTEPHA  04/08/2014.

 

carte6 dans Dossiers

 

 

 

 

 

 

 

 

-1-<cartographie nitrates >

calcaire_en_france dans Les innovations de la Santé:médicales et pharmaceutique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-2 <cartographie dureté eau >

carte-pesticides-2011 dans Les protocoles experimentaux

-3-  <cartographie pesticides >

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-3-  <cartographie pesticides >

cartecentrales4 dans Recherche Santé Medecine Pharmacie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-4-<cartographie  proximité radiations atomiques>

 

CANCERS ET LIENS  pesticides /radiations atomiques   - FAIT PAR DOCTEUR  ASSAS MOSTEPHA  04/08/2014.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

Intoxication au mercure chez le dentiste,les conséquences pathologiques comme la fibromyalgie et le DMPS.

Dimanche 27 juillet 2014

http://fibroetmetaux.canalblog.com/archives/2013/11/22/28480712.html

conséquences pathologiques  sévères  et chroniques ,des amalgames dentaires; et aussi des vaccins…

http://fibroetmetaux.canalblog.com/archives/2012/11/25/25664063.html

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/DMPS

http://en.wikipedia.org/wiki/2,3-Dimercapto-1-propanesulfonic_acid

http://www.bernardmontain.com/?pg=2&cnt=39&l=fr

Image de prévisualisation YouTube

DMPS  effets éspoirs et nocivités.

DMPS

DMPS ( Acide 2,3 – dimercapto – 1- propanesulfonique )

Le DMPS comme le DMSA et l’EDTA, fait partie des substances chimiques parfois utilisées pour éliminer (  » chélater  » ) les métaux pouvant avoir des effets destructeurs sur la santé ( et la vie ) de nombre de nos concitoyens : Mercure, Aluminium, Cadmium, Argent, Etain Zinc,etc…

 

Il est surtout utilisé en Allemagne depuis qu’un laboratoire y ait commercialisé sous le nom de « Dimaval  » ( 1978 ) le produit synthétisé en URSS par V.E.Petrunkin, en 1956.On y fait appel à lui pour diagnostiquer et chélater les métaux des amalgames et autres substances.

 

Personnellement, nous avons été averti du danger des amalgames dentaires par le Heipraktiker ( Naturopathe ) allemand Berthold Chales – de Beaulieu dès le début des années 1960.

 

Contrairement à tous nos confrères et depuis une cinquantaine d’années, nous n’avons donc jamais utilisé d’amalgame et avons longuement travaillé à la désintoxication mercurielle et autres métaux contenus dans les amalgames et tout aussi toxiques, comme l’Etain, le Zinc et l’Argent.

 

Il nous est apparu comme flagrant qu’il y avait une contradiction évidente à chercher à éliminer des métaux toxiques ( lequel ne l’est pas ?) avec des substances chimiques que l’organisme souffrira ensuite à éliminer !

 

Nous avons longtemps travaillé avec les pharmaciens de notre environnement avant de créer 3 laboratoires dont 2 en France ( LPAE et Aromadent ) et 1 en Belgique.

 

Nos produits destinés à chélater les métaux ( Ils ne sont que deux produits sur 24, chez « www.aromadent.com  » ) sont naturels et leur effet est contrôlé par un laboratoire allemand, ce qui n’est pas le cas de l’ensemble des produits à but équivalent que l’on peut trouver sur le net !

 

L’extrême toxicité du DMPS nous est a été prouvée dans les années 1990

 

Une de nos patientes allemandes nous avait fait beaucoup d’éloges d’un confrère munichois très au fait, selon elle, de l’intoxication mercurielle provenant des amalgames dentaires Le Dr Dauderer.

 

Il a publié un livre intitulé  » Handbuch der Amalgam – Vergiftung  » ( Manuel de l’empoisonnement par les Amalgames ) Chez Ecomed, en 1992.

 

A la fin de ce volumineux ouvrages, on peut trouver plusieurs photos révélatrices de l’extrême dangerosité du DMPS :
Une des premières photo représente une assistante dentaire lourdement intoxiquée au Zinc par le malaxage à mains nue des amalgames dentaires imposé par son employeur et traitée au DMPS.
La photo suivante représente un cas mortel : Un homme de 50 ans décédé à cause de ses 13 amalgames pour lesquels il pensait avoir trouvé l’antidote : Le DMPS.
Le cas suivant montre une tache noire d’environ 10 cm de diamètre, apparue sur la cuisse d’une jeune femme et rebelle au traitement par le DMPS
La photo qui suit représente un Chirurgien -dentiste ayant utilisé environ 50 Kg de mercure dans toute son activité professionnelle : Il est en incapacité permanente, malgré le DMPS.
Le cas d’après est un mélanome malin d’une dizaine de centimètres de diamètre chez une jeune femme traitée au DMPS.
Le cas suivant est un cas mortel d’un homme de 21 ans décédé pendant un coma attribué à ses 9 amalgames dentaires et en traitement par DMPS.
La dernière photo est celle du cadavre d’un homme qui s’était fait enlever tous se amalgames 6 ans auparavant.Il avait un taux de mercure record dans l’organisme et il était traité au DMPS.
Nous tenons ces documents à la disposition de ceux qui voudrons les consulter dans nos cabinets.Ils sont en effet couverts par les droits d’auteur et nous ne pouvons les diffuser.

 

Dans la pratique, pour éliminer les amalgames et l’intoxication qui les accompagne, voici comment nous procédons :

 

Nous commençons par un bilan clinique :
Iridologie ( les iris indiquent le niveau de l’intoxication )
Onychologie ( l’étude des ongles et des mains est très parlante )
Mesure des courants électriques existants entre les obturations ( et prothèses dentaires : Bridges et Couronnes ) dentaires et les dents non obturées.
Remise de flacons pour faire réaliser, en Allemagne, des mesures toxicologiques dans les selles ( l’organisme ), la salive et les cheveux.

 

La seconde séance est consacrée aux résultats des dosages et la délivrance d’une prescription de compléments alimentaires et d’un régime approprié.
Un plan de travail sera effectué ( souvent aidé par une radio panoramique ) et un devis sera proposé.

 

Couverte par les compléments alimentaires et le régime, la dépose pourra être entreprise.
La patiente ( ou le patient ) sera traitée de la façon suivante :
Un masque au charbon actif sera appliqué sur le visage et le nez pour éviter toute inhalation du mercure gazeux, plus toxique encore que sa forme solide.
L’air du cabinet sera renouvelé en permanence à l’aide d’une puissante ventilation forcée.
Une aspiration chirurgicale fonctionnera en continu.
Les amalgames seront abordés et enlevés selon les méthodes suédoises
Par l’intermédiaire d’une canule -digue suédoise, les débris d ‘amalgames seront aspirés intégralement.

 

A leur place, nous poserons, après empreintes et provisoires, des inlays – onlays en céramique  » bio-compatible « , dont la couche externe a le même coefficient d’usure que la dent naturelle.
Si l’obturation en amalgame est trop volumineuse, nous réaliserons des couronnes en céramique « bio-compatible  » sur base en Zircone.
Les composites sont constitués d’une base en résine très ordinaire à laquelle on a adjoint des ingrédients ( silice, poudre de verre etc…) pour limiter son expansion et la rendre plus résistante à l’usure.Ils portent parfois des noms aguicheurs comme  » Verre -ionomère  »
D’aucuns contiennent même du mercure pour les rendre plus radio-opaques et mieux contrôlables par la Sécurité Sociale.
Ils sont toxiques pour la pulpe dentaire, pouvant entrainer des infections.Ils ne sont pas étanches et l’on trouve très fréquemment de nouvelles caries en les déposant.
Nous ne les employons jamais pour obturer des dents.

 

Les séances de soins seront suivies d’hygiène quotidienne à l’aide d’un bains de bouche chargé d’éliminer les métaux fixés dans l’émail des dents traitées ou non.
Un contrôle de l’efficacité des traitement sera effectué par le laboratoire allemand et nous mêmes, dans un délai très variable.
Les contact ( Mail ou Téléphone ) dureront tant que chiffres de l’intoxication ne seront pas rentés dans la moyenne.

 

dmps

 

Docteur Bernard MONTAIN
www.bernardmontain.com – bernardmontain@hotmail.com – +33 6 07 69 75 92

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

ACCRO AU PAIN

Samedi 28 juin 2014

http://forum.doctissimo.fr/sante/anorexie-boulimie/addiction-docteur-salle-sujet_162438_1.htm

Le neuromarketing

Peut être connaissez vous la tendance naturelle de l’humain à chercher les calories. Dans notre passé, nos ancêtres devaient survivre, ce qui fait que nous sommes naturellement attirés par le gras et le sucre. Ceux qui ne l’étaient pas ont eu moins de chances de survie. Pourtant, aujourd’hui, dans les pays « développés », la nourriture est partout, disponible jour et nuit. La tendance est donc au surpoids et à l’obésité, partout dans le monde, puisque les industries vont maintenant s’installer dans les pays en plein boom économique, avec de plus en plus de consommateurs qui accèdent au temple de la consommation et à la vie en ville.

Mais les industries agroalimentaires ne se contentent pas de cette attirance pour le sucre et le gras en particulier. Une nouvelle tendance est en train d’émerger dans les plus grandes entreprises de l’agroalimentaire (et d’autres, mais nous nous focalisons ici sur l’alimentation) : le neuromarketing.

Qu’est-ce que le neuromarketing ? C’est une nouvelle science, qui vise à étudier le cerveau pour comprendre et trouver ce qui attire le consommateur. C’est un peu plus pervers que les images subliminales, puisque nous même, nous ne comprenons pas, et nous ne sommes pas maîtres, de ce qui se passe là dedans.

En pièce jointe, vous trouverez une proposition de thèse, transmise par notre école d’ingénieur en agroalimentaire, en partenariat avec Danone, l’Institut Paul Bocuse, un centre en neurosciences et des spécialistes du marketing. Le neuromarketing va apporter des informations là où la science de l’aliment butte.

Le neuromarketing, c’est l’apogée de la science couplée au marketing. Les experts en marketing traquent tous nos faits et gestes pour trouver ce qui nous fera consommer. Avec la neurologie en plus, le consommateur n’aura plus de secret à cacher.

Pour écrire son livre « Sel, sucre et gras », l’auteur, Michael Moss, a rencontré Francis McGlone, un scientifique qui travaille avec de nouveaux outils de neurologie chez Unilever. Il explique que le géant del’agroalimentaire a dépensé plus de 3 millions de dollars en machines qui permettent de scanner le cerveau.Unilever fabrique, entre autre, les glaces Ben&Jerry. Ils ont fait des recherches pour prouver que manger de la glace rend les gens heureux. Ca a évidemment marché, puisque certaines zones de plaisir du cerveau s’activent quand on mange de la glaceEvident, puisqu’on donne du gras et du sucre à notre corps. De cette façon, Unilever a pu faire une pub qui dit « Les glaces vous rendent heureux – C’est officiel ! », et poussent ainsi un peu plus les clients à consommer.

Cet article est également très intéressant à lire pour connaître un peu plus de détails sur le sujet. Citons un exemple : « Mac Donald’s a testé sous IRM des odeurs afin de déterminer laquelle positionnait la marque comme « saine ». L’odeur plébiscitée a été introduite dans des produits d’entretien et utilisée à l’insu de la clientèle dans des restaurants européens du groupe. Résultat : une amélioration de 7% de la perception de la marque.  ».

« Les industriels peuvent dépenser jusqu’à 120 000 € pour une étude de neuromarketing et un test IRMcoûterait quelque 1000€ par personne. A ce prix-là, seuls les plus riches y ont accès. Kraft Food, Danone,L’Oréal, Colgate, Coca-Cola, Pepsi Co, Unilever, Mac Donald’s et beaucoup d’autres grandes marques ».

Nous vous invitons à lire leurs conclusions et solutions, à la fin de leur article.

Pour un exemple concret, voici une publicité pour Coca Cola, faite par une entreprise spécialisée enneuromarketing. Très sympa, au fur et à mesure que la publicité se déroule, on découvre comment le cerveau réagit. Cette publicité est passée pendant le Superbowl 2009 aux Etats Unis, la finale de football américain. Ce n’est pas n’importe quel événement sportif, puisque le Superbowl établie plusieurs records d’audience aux Etats Unis. Autant dire que si une pub fonctionne bien pendant cette finale, c’est le jackpot. L’entreprise de neuromarketing se vente que « cette pub présente une histoire, dans laquelle on se plonge, avec l’intégration du produit petit à petit, ce qui est confirmé par nos tests. Cette annonce a également l’un des scores les plus élevés en ce qui concerne l’engagement (la personne qui regarde la pub se met à la place du personnage très facilement), et est venu en deuxième place dans les recherches sur le Super Bowl 2009 ». Les gens, grâce aux émotions véhiculées, se sont souvenus de la pub une fois le match terminé.

Ici, une autre pub, pour les biscuits Oréo.

L’idée ici est de faire connaître cette nouvelle pratique, qui évidemment va être de plus en plus utilisée, surtout par les industries qui ont déjà le plus de moyens. Accordons-nous aux industriels le droit de nous prendre au piège ? Le cerveau est très complexe et les scientifiques sont encore loin d’avoir tout compris sur la façon dont il fonctionne. Pourtant, le neuromarketing pousse bien plus loin que les simples tests de préférence entre plusieurs produits. En effet, grâce au neuromarketing, les industriels peuvent déterminer toutes les conditions qui vont faire que le consommateur va acheter plus, même si il n’en avait pas vraiment envie. Par exemple, si on va faire ses courses à l’heure du repas on a tendance à acheter plus que ce dont on a besoin. Ceci est connu et on reste maître de choisir à quelle heure on va faire ses courses. Le neuromarketing lui, agit sur notre inconscient, sur ce que notre cerveau perçoit sans qu’on le sache. On n’est donc plus libre de choisir, puisque on n’est pas conscient.

Est-ce faire avancer la science, ou bien accorder un peu plus de libertés aux entreprises qui veulent nous faire consommer ?

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

====>  ACTION DES RECEPTEURS  GLUTAMATES ,????!!!!!!

 

COMMENT S EN SORTIR

 

PEUT ETRE  AVEC L AIDE DU<< BIOMERCAPTANOL.<<

 

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

 

 

addict a la nicotine , accro au tabac,dépendance

Samedi 28 juin 2014

 

Image de prévisualisation YouTube

principes tabagismes

dépendance animale

Image de prévisualisation YouTube

récepteurs nicotine

Image de prévisualisation YouTube

 

COMMENT S EN SORTIR ????

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

1- VOULOIR = POUVOIR

UTILISEZ  UNE STRATÉGIE   SVP.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

 

 

 

 

 

 

alcool addiction

Jeudi 26 juin 2014

 

Image de prévisualisation YouTube

ADDICTION A L ALCOOL

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

l ALCOOL DETRUIT LE CERVEAU

Image de prévisualisation YouTube

ALCOOL COMPORTEMENT SOCIAL

 

S EN SORTIR   — NOUVEAU  REMEDE

 

<< BIOMERCAPTANOL >>

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

la datation post mortem , décès,mort ,rigidité.

Lundi 26 mai 2014

Rigidité cadavérique

La rigidité cadavérique (rigor mortis) est due à un enraidissement progressif des muscles peu de temps après la mort, donnant au corps un aspect de statue. Elle est causée par des transformations biochimiques irréversibles affectant les fibres musculaires au cours de la phase post-mortem précoce.

Elle consiste en un phénomène chimique de contraction musculaire post-mortem qui est dû à la « coagulation » de la myosine (lubrifiant musculaire qui se fixe et se fige sur les articulations) et de l’actine.

En effet, la rigidité cadavérique est due à l’arrêt des pompes ATPasiques qui provoque une accumulation des ions calcium dans le réticulum endoplasmique lisse des cellules musculaires par perte d’étanchéité de ce dernier.

Sous l’action du calcium, il y a formation de ponts entre les filaments d’actine et de myosine et le muscle va dès lors prendre un aspect figé, les bras en flexion permanente, et les jambes en extension.

 

la datation post mortem ,  décès,mort ,rigidité. dans Dossiers 33509183sans-titre-7-bmp

 

Main sur laquelle on peut observer le phénomène de rigidité cadavérique :

les doigts présentent une forme caractéristique, un aspect « crispé ».

Ce phénomène n’est pas accompagné d’un raccourcissement musculaire car, de par sa nature, il est différent de la contraction des muscles. Il intéresse les muscles squelettiques et les muscles lisses. Le durcissement des muscles lisses se manifeste par un myosis passager, une défécation et une éjaculation post-mortem avec un aspect en chair de poule dû au durcissement des muscles horripilateurs.

Les rigidités cadavériques ont une topographie descendante : elles prennent leur origine au début du maxillaire inférieur et gagnent l’ensemble du corps (cou, membres supérieurs, tronc, puis membres inférieurs) dans les huit heures qui suivent. Une fois rompues, elles ne réapparaissent pas. Les petits muscles se rigidifient plus rapidement.

Classiquement, les rigidités cadavériques apparaissent au bout de la troisième heure post-mortem et sont totalement mises en place environ 10 heures après la mort.  Au bout d’environ 36 à 72 heures, elles vont disparaitre, laissant place à la putréfaction, en rapport avec l’autolyse et la destruction de la structure des filaments d’actine et de myosine.

 

Si pour une quelconque raison les rigidités devaient se rompre (par exemple lors d’un déplacement du corps), elles se reconstitueraient (seulement dans un délai post-mortem inférieur à 12h).

 

11851175sans-titre-8-bmp dans Recherche Santé Medecine Pharmacie

 

La rigidité cadavérique est observable sur cette photo au niveau

de la main droite de la victime où les doigts sont en extension.

Au niveau du cœur, la rigidité apparait dans l’heure qui suit. Elle est plus précoce que celle des muscles striés. Elle disparait en 20 à 30 heures après la mort et est surtout marquée sur le ventricule gauche dont la cavité devient très étroite et se vide de son sang. Le ventricule droit a une paroi plus mince, il demeure béant et contient une certaine quantité de sang coagulé.

Au niveau des muscles striés, la rigidité est caractérisée par le durcissement des masses musculaires qui deviennent inextensibles et raidissent les articulations. Elle survient 2 à 4 heures après la mort et persiste 24 à 48 heures.

La chronologie indiquée précédemment n’est qu’indicative car plusieurs facteurs influencent l’apparition des rigidités cadavériques :

-          La température : plus elle est élevée, plus les rigidités apparaissent rapidement. Les rigidités sont prolongées par l’air froid et sec.

-          Les circonstances de la mort : elles se mettent en place plus rapidement lors d’un décès précédé d’une période de stress intense, de convulsions, d’électrocutions ou d’ingurgitation de produits toxiques. Elles sont plus lentes en cas de pendaison ou de mort par asphyxie (par exemple au monoxyde de carbone).

-          L’âge de la victime : une personne âgée présentera moins de signes de rigidités qu’une personne jeune.

La cause du décès a donc une influence sur la rigidité du corps et son intensité.

Les rigidités cadavériques ne doivent pas être utilisées individuellement pour estimer un délai post-mortem car cette méthode est peu fiable quant au « décompte » des rigidités. De plus, il n’existe pas d’instruments ou de techniques permettant de les quantifier avec précision.

Les rigidités peuvent toutefois être très utiles quand elles sont combinées à d’autres méthodes.

http://datation-postmortem.e-monsite.com/pages/datation-post-mortem-precoce/rigidite-cadaverique.html

 

Eenzymes et Industrie

Lundi 17 mars 2014

fichier pdf enzymes_indsutrial_and_analytical_appliation_fra

 

http://www.didiersvt.com/cd_1s/html/c8/c8a1.htm

 

fichier pdf hydrolyse amidon,

 

fichier pdf Hydrolyse saccaharose,

 

fichier pdf Hydrolysats_proteiques

 

fichier pdf hydrolyse amylase industrielle 206a

 

 

12345...15