Common Laboratory Tests(analyses communes au USA)

3 mai 2010

Common Laboratory Tests(analyses communes au USA) dans Analyses et Microbiologie bullet_qlABO Typing

bullet_ql dans Analyses et MicrobiologieAcetaminophen

bullet_qlAcetoacetate

bullet_qlAcetylcholine Receptor Antibody

bullet_qlActivated Clotting Time

bullet_qlAdrenocorticotropic Hormone

bullet_qlAlanine Aminotransferase

bullet_qlAlbumin

bullet_qlAldosterone, Plasma

bullet_qlAldosterone, Urine

bullet_qlAlkaline Phosphatase

bullet_qlAmebic Serology

bullet_qlAmmonia

bullet_qlAmylase

bullet_qlAngiotensin-Converting Enzyme

bullet_qlAntibody Screen

bullet_qlAntidiuretic Hormone

bullet_qlAntiglobulin Test, Direct

bullet_qlAntiglobulin Test, Indirect

bullet_qlAnti-streptolysin O

bullet_qlAntithrombin III

bullet_qlalphalower1-Antitrypsin

bullet_qlArterial Blood Gases

bullet_qlAspartate Aminotransferase

bullet_qlB Cell Immunoglobulin Heavy Chain Gene Rearrangement

bullet_qlbcr/abl Translocation by RT-PCR

bullet_qlbcr/abl Mutation Analysis

bullet_qlBilirubin

bullet_qlBlood Urea Nitrogen

bullet_qlB-Type Natriuretic Peptide

bullet_qlBrucella Antibody

bullet_qlC-Peptide

bullet_qlC-Reactive Protein, High Sensitivity

bullet_qlC1 Esterase Inhibitor

bullet_qlCalcitonin

bullet_qlCalcium, Serum

bullet_qlCalcium, Ionized

bullet_qlCalcium, Urine

bullet_qlCarbon Dioxide

bullet_qlCarboxyhemoglobin

bullet_qlCarcinoembryonic Antigen

bullet_qlCD4 Cell Count

bullet_qlCentromere Antibody

bullet_qlCeruloplasmin, Serum

bullet_qlChloride

bullet_qlCholesterol

bullet_qlChorionic Gonadotropin, betalower-Subunit, Quantitative

bullet_qlClostridium difficile Enterotoxin

bullet_qlCoccidioides Antibodies

bullet_qlCold Agglutinins

bullet_qlComplement C3

bullet_qlComplement C4

bullet_qlComplement CH50

bullet_qlComplete Blood Cell Count

bullet_qlCortisol

bullet_qlCortisol (Urinary Free)

bullet_qlCosyntropin Stimulation Test

bullet_qlCreatine Kinase

bullet_qlCreatine Kinase MB

bullet_qlCreatinine

bullet_qlCreatinine Clearance

bullet_qlCryoglobulins

bullet_qlCryptococcal Antigen

bullet_qlCytomegalovirus Antibody

bullet_qlD-Dimer

bullet_qlDexamethasone Suppression Test (Low Dose)

bullet_qlDexamethasone Suppression Test (High Dose)

bullet_qlDouble-Stranded DNA Antibody

bullet_qlDrug Abuse Screen, Urine

bullet_qlEpstein-Barr Virus Antibodies

bullet_qlErythrocyte Sedimentation Rate

bullet_qlErythropoietin

bullet_qlEthanol

bullet_qlFactor Assays

bullet_qlFactor II (Prothrombin) Mutation

bullet_qlFactor V (Leiden) Mutation

bullet_qlFactor VIII Assay

bullet_qlFecal Fat

bullet_qlFecal Occult Blood

bullet_qlFerritin

bullet_qlalphalower-Fetoprotein

bullet_qlFibrinogen (Functional)

bullet_qlFluorescent Treponemal Antibody-Absorbed

bullet_qlFolic Acid (RBC)

bullet_qlFollicle-Stimulating Hormone

bullet_qlFree Erythrocyte Protoporphyrin

bullet_qlFructosamine

bullet_qlGamma-Glutamyl Transpeptidase

bullet_qlGastrin

bullet_qlGlomerular Filtration Rate, Estimated

bullet_qlGlucose

bullet_qlGlucose Tolerance Test

bullet_qlG6PD Screen

bullet_qlGlutamine

bullet_qlGlycohemoglobin

bullet_qlGrowth Hormone

bullet_qlHaptoglobin

bullet_qlHelicobacter pylori Antibody

bullet_qlHematocrit

bullet_qlHemoglobin A2

bullet_qlHemoglobin Electrophoresis

bullet_qlHemoglobin, Fetal

bullet_qlHemoglobin, Total

bullet_qlHemosiderin

bullet_qlHeparin Anti-Xa Assay

bullet_qlHeparin-Associated Antibody Detection

bullet_qlHepatitis A Antibody

bullet_qlHepatitis B Surface Antigen

bullet_qlHepatitis B Surface Antibody

bullet_qlHepatitis B Core Antibody

bullet_qlHepatitis B e Antigen

bullet_qlHepatitis B Virus DNA, Quantitative

bullet_qlHepatitis C Antibody

bullet_qlHepatitis C RNA

bullet_qlHepatitis C Virus Genotyping

bullet_qlHepatitis D Antibody

bullet_qlHeterophile Antibody

bullet_qlHistoplasma capsulatum Antigen

bullet_qlHistoplasma capsulatum Precipitins

bullet_qlHistoplasma capsulatum CF Antibody

bullet_qlHIV Antibody

bullet_qlHIV RNA, Quantitative

bullet_qlHIV Resistance Testing

bullet_qlHLA Typing

bullet_qlHLA-B27 Typing

bullet_qlHomocysteine, Plasma

bullet_ql5-Hydroxyindoleacetic Acid

bullet_qlIgG Index

bullet_qlImmunofixation Electrophoresis

bullet_qlImmunoglobulins

bullet_qlInhibitor Screen (1:1 Mix)

bullet_qlInsulin Antibody

bullet_qlInsulin, Immunoreactive

bullet_qlInsulin-Like Growth Factor-1

bullet_qlIron

bullet_qlIron-Binding Capacity

bullet_qlJAK2 (V617F) Mutation

bullet_qlLactate Dehydrogenase

bullet_qlLactate

bullet_qlLead

bullet_qlLecithin/Sphingomyelin Ratio

bullet_qlLegionella Antibody

bullet_qlLeukemia/Lymphoma Phenotyping by Flow Cytometry

bullet_qlLipase

bullet_qlLuteinizing Hormone

bullet_qlLyme Disease Antibody

bullet_qlMagnesium

bullet_qlMean Corpuscular Hemoglobin

bullet_qlMean Corpuscular Hemoglobin Concentration

bullet_qlMean Corpuscular Volume

bullet_qlMetanephrines, Free (Unconjugated), Plasma

bullet_qlMetanephrines

bullet_qlMethanol

bullet_qlMethemoglobin

bullet_qlMethylenetetrahydrofolate Reductase Mutation

bullet_qlMethylmalonic Acid

bullet_qlMetyrapone Test (Overnight)

bullet_qlbetalower2-Microglobulin

bullet_qlMicrohemagglutination–Treponema pallidum

bullet_qlMitochondrial Antibody

bullet_qlNeutrophil Cytoplasmic Antibodies

bullet_qlNuclear Antibody

bullet_qlOligoclonal Bands

bullet_qlOsmolality, Serum

bullet_qlOsmolality, Urine

bullet_qlOxygen, Partial Pressure

bullet_qlParathyroid Hormone

bullet_qlParathyroid Hormone-Related Protein

bullet_qlPartial Thromboplastin Time

bullet_qlpH

bullet_qlPhosphorus

bullet_qlPlatelet Antibodies

bullet_qlPlatelet Count

bullet_qlPlatelet Function

bullet_qlPorphobilinogen

bullet_qlPotassium

bullet_qlProcalcitonin

bullet_qlProlactin

bullet_qlProstate-Specific Antigen

bullet_qlProtein C

bullet_qlProtein Electrophoresis

bullet_qlProtein S

bullet_qlProtein, Total

bullet_qlProthrombin Time

bullet_qlQ Fever Antibody

bullet_qlRapid Plasma Reagin

bullet_qlRed Blood Cell Count

bullet_qlRenin Activity

bullet_qlReptilase Clotting Time

bullet_qlReticulocyte Count

bullet_qlRh(D) Typing

bullet_qlRheumatoid Factor

bullet_qlRibonucleoprotein Antibody

bullet_qlRubella Antibody

bullet_qlRussell Viper Venom Clotting Time

bullet_qlSalicylate

bullet_qlScleroderma-Associated Antibody

bullet_qlSemen Analysis

bullet_qlSmith (Anti-Sm) Antibody

bullet_qlSmooth Muscle Antibodies

bullet_qlSodium

bullet_qlSS-A/Ro Antibody

bullet_qlSS-B/La Antibody

bullet_qlT-Cell Receptor Gene Rearrangement

bullet_qlTestosterone

bullet_qlThrombin Time

bullet_qlThyroglobulin

bullet_qlThyroglobulin Antibody

bullet_qlThyroperoxidase Antibody

bullet_qlThyroid-Stimulating Hormone

bullet_qlThyroid-Stimulating Hormone Receptor Antibody

bullet_qlThyroxine, Total

bullet_qlThyroxine, Free

bullet_qlThyroxine Index, Free

bullet_qlToxoplasma Antibody

bullet_qlTransferrin

bullet_qlTransferrin Receptor, Soluble

bullet_qlTriglycerides

bullet_qlTriiodothyronine

bullet_qlTroponin-I, Cardiac

bullet_qlTularemia Agglutinins

bullet_qlType and Cross-Match

bullet_qlType and Screen

bullet_qlUric Acid

bullet_qlVanillylmandelic Acid

bullet_qlVDRL Test, Serum

bullet_qlVDRL Test, CSF

bullet_qlVitamin B12

bullet_qlVitamin D3, 25-Hydroxy

bullet_qlVitamin D3, 1,25-Dihydroxy

bullet_qlvon Willebrand Factor Protein

bullet_qlWhite Blood Cell Count and Differential

bullet_qlD-Xylose Absorption Test

La patate douce serait plus rentable que le maïs pour la production de Bioéthanol

3 mai 2010

Etats Unis

La patate douce serait plus rentable que le maïs pour la production de Bioéthanol

D’après des expériences menées par des scientifiques de l’agence de recherche agronomique (ARS), dans les états du Maryland et de l’Alabama, les patates douces fournissent deux à trois plus d’hydrate de carbone que le maïs. Le même résultat a été obtenu pour le manioc dans l’état de l’Alabama.

Le rendement en hydrate de carbone d’une plante est directement lié au rendement de production de bioéthanol. Deux étapes de base entrent dans la fabrication du bioéthanol : l’hydrolyse et la fermentation.L’hydrolyse est une réaction chimique, accélérée par des enzymes (les cellulases), qui décomposent les chaînes d’hydrate de carbone, en composés organiques. La fermentation décompose les composés organiques, en alcools comme le bioéthanol. D’après ces études, les rendements en hydrate de carbone de la patate douce approchent ceux de la canne à sucre qui est la plante la plus intéressante pour la production de bioéthanol. Un autre avantage des patates douces et du manioc est qu’ils exigent beaucoup moins d’engrais et de pesticide que le maïs.

Cette étude a été menée par Lew Ziska, un physiologiste des plantes de l’ARS à Beltzville dans le Maryland avec l’appui d’autres scientifiques du laboratoire national de la dynamique des sols de l’ARS à Auburn dans l’Alabama. La recherche s’est fait par comparaisons des rendements en hydrates de carbones de chaque plante. Les résultats montrent que pour les mêmes conditions de culture et de récolte, la patate douce fournie 10.5 tonnes d’hydrate de carbone/hectare, alors que le maïs n’apporte que 3.7tonnes/hectare. La culture de patates douces pour la production de bioéthanol est donc sérieusement à envisager. Cependant, d’autres études complémentaires sont encore nécessaires, afin de déterminer les besoins en engrais, en eau et en pesticides pour de telles cultures en vue d’évaluations d’efficacité énergétique.

L’objectif premier de cette étude est d’essayer de développer de nouvelles sources de combustibles organiques sans pour autant diminuer les approvisionnements destinés à l’alimentation humaine et animal. En effet, la production de bioéthanol à partir de maïs est identifiée comme étant l’une des causes de la crise alimentaire mondiale actuelle. Il est donc indispensable de diversifier les matières première agricoles pour la production de bioénergie.

Un lieu magique

2 mai 2010

Lieu pas comme les autres

Technique :Immunofluorescence

2 mai 2010

Technique : immunofluorescence


Exemple : anticorps marqué à la fluorescéine

Les colorants fluorescents en vert les plus connus sont des dérivés
de la fluorescéine comme le FITC (Fluoresceine Iso
Thio Cyanate).

Technique :Immunofluorescence  dans Dossiers Formule_FITC

Principe général de l’immunofluorescence
:

anticorpF dans Dossiers

  • 1-Si l’on veut détecter une substance
    X non soluble (donc fixée) dans la cellule, on l’utilise
    comme un antigène en l’injectant à un lapin. Celui
    réagit en fabriquant des anticorps (immunoglobulines) anti-X.
  • 2-Sur la préparation cellulaire,
    les anticorps anti-X se fixent spécifiquement sur X.
  • 3-On pourrait fixer une molécule
    de fluorescéine directement sur ces anticorps mais il est
    plus aisé d’utiliser des anticorps de chèvre anti-immunoglobulines
    de lapin soudés à une molécule de fluorescéine.
  • 4-Sur la préparation cellulaire,
    les anticorps de chèvre anti-immunoglobulines de lapin
    se fixent spécifiquement sur les anticorps de lapin anti-X.
  • 5-Observée en lumière ultraviolette,
    la fluorescéine fixée fluoresce en vert et permet
    de localiser la substance X.
  • Remarque : de nombreux tests sont nécessaires
    pour éliminer toute fixation non spécifique.

Un fluorochrome est caractérisé par deux spectres : son
spectre d’absorption (de la lumière incidente) et son spectre
d’émission de fluorescence.

spectreF

Comme on le voit, la fluorescéine
absorbe les radiations /bleues (max 490nm) et restitue une fluorescence
verte (max 520nm).

filtre-blocF

blocF4

Le microscope doit être
équipé d’un jeu de filtres correspondant aux caractéristiques
du fluorochrome :

  • 1-un filtre d’excitation permettant la sélection
    des radiation absorbées par le fluorochrome (autour de
    490nm),
  • 2-un miroir dichroïque réfléchissant
    les radiations absorbables vers l’échantillon et ne laissant
    passer par transmission que les radiations vertes et au dessus
    (>500nm),
  • 3-un filtre d’émission ne laissant
    passer par transmission que les radiations vertes et au dessus
    (>500nm).

Optique simplifiée
du microscope à fluorescence

  • 1-lampe à arc
  • 2-filtre d’excitation
  • 3-miroir dichroïque
  • 4-objectif
  • 5-préparation
  • 6-filtre d’émission
  • 7-oculaire

Voici en vue moins schématique les
résultats d’une expérience :

la substance choisie correspond à la tubuline des microtubules
dont on veut connaître la localisation au cours de la mitose.
L’anticorps primaire utilisé est un anticorps anti-tubuline.
L’anticorps secondaire est marqué par de la fluorescéine
(FITC). L’observation est réalisée sur des cellules PTK
en culture (culture obtenue à partir de cellules de rein de rat
kangourou : « Potorous tridactilus Kidney »).

microNB

microR

microF

Observation témoin
classique en lumière blanche.

Observation en utilisant
le jeu de filtres spécifique de la rhodamine.

Observation
en utilisant le jeu de fitres spécifique de la fluorescéine.

fluo-nb

imageN

-fluofluo

Résultat : seule une bonne adéquation
entre le type de jeu de filtres utilisé et le fluorochrome employé
permet des résultats probants : ici, le fuseau et les asters
sont mis en évidence.

Immunofluorescence & maladies auto-immunes

1 mai 2010

 

L’immunofluorescence en biologie regroupe les techniques d’immunomarquage qui permettent de mettre en évidence une ou plusieurs protéines (simple ou double marquage) par l’utilisation d’un fluorochrome porté par un anticorps.L’anticorps dirigé contre la protéine d’intérêt (ou l’antigène au sens large) est dit anticorps primaire. Lorsqu’il est directement couplé au fluorochrome, on parle d’immunofluorescence directe. Le plus souvent, l’anticorps primaire ne porte pas le fluorochrome. On utilise alors un deuxième anticorps dit secondaire, couplé au fluorochrome, et spécifique de l’isotype de l’anticorps primaire. (On parle alors d’immunofluorescence indirecte). Par exemple l’anticorps primaire peut être un anticorps de type IgG produit par la souris et dirigé contre une protéine du cytosquelette comme l’actine. L’anticorps secondaire pourra être un anticorps de lapin conjugué à la fluorescéine (marquage vert) ou à la rhodamine (marquage rouge ou rose) et dirigé contre les IgG de souris.L’immunofluorescence est utilisée sur les cellules en culture (on parlera alors d’immunocytochimie) ou sur des coupes de tissus (immunohistochimie).

 

 

mantisre.jpgmucleolaire.jpghnrnp.jpgmaan1.jpg

 

centromere.jpgnuclear20membra.jpgmitochondrail20m2.jpgchritidia2.jpg

actin.jpgfan20foie20de20souris.jpgnucleolar20speckled.jpgcyclin.jpg

 

 

 

aanpriphrique.jpgcentromere.jpgribosome.jpggolgi.jpg

actin.jpgaan2.jpgmmouchet.jpgaan1.jpg

pcna.jpgnucleolar2020speckled.jpgfine20speckled.jpggrain20fin20ssa.jpg

nuclear20matrix.jpgssb.jpgscl70.jpgnucleolar2020homogenous.jpg

nuclear20membrane20pore.jpgnucleolar20clumpy.jpg

nucleolar20homogenous.jpgscl70.jpg

Innovation pour soigner les maladies auto-immunes

29 avril 2010

Un brevet vient d etre deposé a l INAPI pour une substance capable de soigner les maladies auto-immunes. Ou  du moins une majorité .

Le produit agit   comme un IMMUNOMODULATEUR.

Il semble etre dépourvu d effets secondaire significatifs.

Il pourrait donc  remplacer  largement  les traitements  actuéls  utilisés contre les maladies auto-immunes.

Il n est pas corticoide- n est pas immunosuppresseur- n est pas un anti-TNF.

Peut etre utilisé a tous les ages, avec  une grande  assurance, dans les maladies  auto-immunes a  thérapeutique Longue et tres longue durée.
Il est demandé pour son enregistrement au Ministere de la santé:

un dosssier TOXICOLOGIQUE

une étude pharmacologique.

————————————————————————

Il est demandé a toute personne ou,association , organisme,univérsité ,faculté,ou laboratoire pharmaceutique  VOULANT   éfféctuer  ces études TOXICOLOGIQUES  et PHARMACEUTIQUES  de contacter l admin   ou cette  adresse mail:

assas_mustapha@yahoo.fr

Création pharmaceutique-Pour Soigner le Sida

29 avril 2010

Un produit  en forme  liquide a été breveté par un medecin chercheur indépendant.

Ce produit  est un anti-viral- IL EST CAPABLE DE VENIR A BOUT  D UNE MAJORITE  DE MALADIES VIRALES DONT LE SIDA, les OREILLONS, l HERPES..
Il a une action sur beaucoup de virus.Cependant pour l enregistrer au Ministére de la santé,il est demandé  tout un dossier.

-1-Dont le plus important est le dossier dit TOXICOLOGIQUE.Dont  le calcul de la DL50,  toxicité aigue , subaigue et chronique.
-2-Une étude  du protocole éxpérimental- ou tests sur les  animeaux est souhaitable.

Car elle permet  de vérifier l action du nouveau médicament. Et d établir l activité pharmacologique.

—————————————————————————————-

Toute personne, association , organisme ou laboratoire désirant éfféctuer l étude TOXICOLOGIQUE est priée de contacter  l admin ou cette adresse  mail:

Toute personne, association , organisme ou laboratoire désirant éfféctuer l étude  du PROTOCOLE EXPERIMENTALest priée de contacter  l admin ou cette adresse  mail:


assas_mustapha@yahoo.fr

Bonjour tout le monde !

28 avril 2010

Bienvenue sur http://assasmus.Unblog.fr, vous  etes dans le blog santé -

Notre but est de trouver un chemin ou une solution  pour les chercheurs  qui veulent innover dans le domaine de la santé.

Venez  et dites ce qui vous passe par  la tete. Meme  que cela parait  incensé  ou  non réalisable pour les débuts. Peut se réaliser  doucement ,lentement  .Le temps  a un pouvoir.Il décide de ce qui doit etre refait , ou ce qui  faisable ou ce qui sera abondonné.

POUR TOUTES informations ou PUBLICATIONS  -ENVOYEZ  SVP VOS ARTICLES A PUBLIER contactez  l admin,  ou  A cette adresse mail;   assas_mustapha@yahoo.fr

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

1...1920212223